ile de paques
J'ai testé...!

J’ai testé… Le woofing sur l’île de Pâques

Woofing, quézaco?

Le woofing est une forme de volontourisme. Il s’agit d’être hébergé gratuitement chez un habitant en échange d’un travail. En général, le travail dure 20-25h/semaine et vous avez le week end de libre. Dans certain cas, vous pouvez aussi partage les repas avec vos hôtes. Le travail est très varié : cours de langues, travaux divers, jardinage, aide à la gestion d’un hôtel, prendre soin d’animaux, etc.

 

Pourquoi faire du Woofing ?

J’ai décidé de faire du woofing pour plusieurs raisons. D’abord, cela faisait presque 3 mois que je voyageais et je commençais à être vraiment fatiguée de bouger tous les 3jours. Rester 2 semaines au même endroit, dans une maison, était une idée qui me plaisait de plus en plus.

Ensuite, l’envie de faire quelque chose d’utile. Voyager c’est super, mais au bout d’un moment j’avais envie d’aider les locaux, de me rendre utile.

Dernier point qui m’a fait choisir le woofing : le prix de l’île de Pâques. Se rendre et séjourner sur l’île coûte très cher, environ 2 fois plus cher que sur le continent. Il était clair que si je ne trouvais pas une solution très économique, je ne pouvais me permettre de rester sur l’île. Pour information, le billet d’avion m’a coûté environ 700€, le billet d’entrée pour le parc national 54 000 $CL. Il faut ajouter à cela le prix pour un hébergement (13€ mini/nuit) et bien sûr de quoi manger (aussi 2 fois plus cher que sur le continent). BREF, mon budget aurait explosé.

Tout cela additionné, le woofing m’a semblé la solution idéale pour faire une pause, économiser, mais pouvoir continuer de visiter quand même.

 

Comment s’est passé mon woofing ?

  • L’organisation :

Je suis restée 2 semaines sur l’île de Pâques chez mon hôte Maria. La plupart du temps, nous étions 3 volontaires et dormions dans la même chambre. Nous avons travaillé les matins de 9h30 à 13h-14h du lundi au vendredi. Nous étions libre de travailler le matin, l’après-midi ou même la journée entière pour avoir une journée entière de libre le lendemain, selon nos envies ou nos « obligations » (événements ou activités de prévues). Maria nous faisait confiance pour que nous fassions le nombre d’heures prévues.

Une fois notre demi-journée de travail terminée, nous déjeunions et partions ensuite visiter l’île. Maria était une hôte très attentive et nous demandait toujours où nous allions pour nous donner des conseils afin d’en profiter encore plus.

Cela varie en fonction des woofings, mais dans ce cas, aucun repas n’était inclus, mais nous avions accès à la cuisine. De temps à autre, des repas avec la famille et les amis étaient organisés. Dans ce cas nous mangions bien sûr avec tout le monde. Nous avions la literie d’incluse et la possibilité d’utiliser la machine à laver gratuitement.

 

  • Le travail

Pour ce woofing, Maria souhaite construire un hostel avec des matériaux de récupération ou de recyclagile de paques - volontariate. Pour cela, nous avons fait de petit travaux de construction : fabrication d’un étendoir à linge, d’un barbecue, d’une barrière, nettoyage du futur terrain pour l’hostel, rénovation d’un escalier en bois, etc. Ce travail pouvait être très physique par moment surtout en plein soleil, mais on pouvait bien sûr faire des pauses ou reporter le travail si vraiment les conditions étaient mauvaises. Nous étions aussi libre d’utiliser les outils de Maria, selon nos besoins. De manière générale, Maria nous expliquait ce qu’elle souhaitait et nous devions nous débrouiller pour répondre à sa demande. Cela nous a permis d’être très autonome et de nous organiser comme le souhaitions. Ainsi, on pouvait être amené à travailler tous les trois ou seul, en même temps ou séparément.

Certains jours, la météo ne nous permettait pas de travailler dehors. Dans ce cas, nous fabriquions des bijoux (boucles d’oreilles, colliers, bracelets, etc.) avec Maria pour qu’elle puisse les vendre par la suite.

 

  • La relation avec l’hôte et les locaux

Maria est une personne adorable qui est désireuse d’aider ses volontaires. Elle m’a fait sentir « comme à la maison » immédiatement. Elle est venue me chercher à l’aéroport, m’a donné toutes les informations pour visiter l’île et y vivre sans trop dépenser d’argent. Chez elle, j’avais accès à toutes les commodités : cuisine, salle de bain, machine à laver, terrasse, garage, télévision, etc. Cela implique un respect mutuel dans la cohabitation : faire la vaisselle et nettoyer/ranger la cuisine après l’avoir utilisée, ranger un minimum ses affaires, prendre soin des équipements et ustensiles à notre disposition, etc.

Chez Maria, il y a toujours des gens qui arrivent ou repartent. Il peut s’agir d’amis ou de la famille peu importe il y a toujours du monde. C’est un excellent moyen de rencontrer des locaux, d’apprendre sur leur culture, de perfectionner l’espagnol ou de découvrir le rapa nui.

Mon hôte voulait réellement qu’un échange se fasse entre elle et les volontaires. Pour cela, elle nous faisait participer à toutes les activités et événements : récolte d’avocats, repas entre amis, fêtes d’anniversaire ou de départ, etc. Elle nous a même cuisiné le plat traditionnel de l’île (curanto) lorsqu’elle a su que nous souhaitions le goûter.

ile de paque volontariat

Conclusion

Sans hésiter, je recommencerai le woofing. Au-delà de l’aspect financier, c’était pour moi une réelle immersion dans la culture locale Rapa Nui. J’ai eu l’opportunité de rencontrer énormément de monde (locaux ou autres volontaires) et j’ai énormément appris sur l’histoire et les traditions de l’ile. Les habitants sont très chaleureux et fier de leur culture. Vivre avec eux m’a permis de mieux les comprendre.

Cette expérience a été très positive pour moi. D’ailleurs, quelques jours plus tard, j’ai décidé de refaire du volontariat en Argentine, à Bariloche.

 

Je tiens aussi à remercier toutes les personnes que j’ai rencontrées sur l’île qui ont rendu mon séjour mémorable: Maria (mon hôte) et sa famille et amis, Jun  et Lilith (les deux autres volontaires avec qui j’ai visité l’île).

Fondatrice de L'Aller Simple, je me suis découverte une passion pour les voyages l'un d'un semestre Erasmus. Depuis, toutes les occasions sont bonnes pour découvrir le monde!

2 commentaires

  • Andréa

    Je suis vraiment impressionnée. c’est un choix incroyable que tu as fais et cela te permet de visiter encore plus, pour moi la visite se fait de différente manières. Tu as celle que l’on fait tous c’est-à-dire visiter les lieux et découvrir une ville, un pays. Mais il y a l’autre façon, celle que tu as fais et qui est superbe ! Découvrir véritablement la culture en t’imprégnant de tout et en vivant pendant un certain temps comme ils vivent. C’est remarquable et tu es très chanceuse de l’avoir vécue 🙂

    • sabrina

      Merci beaucoup Andréa. Effectivement, cette expérience restera à jamais gravée dans ma mémoire. Le volontariat est devenu pour moi un excellent moyen (voire le meilleur moyen) pour découvrir un lieu et ses habitants.Si tu as l’occasion d’en faire, n’hésite pas, que ça soit sur l’île de Pâques ou ailleurs =).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge