trek W las torres
Réflexions de voyage

10 questions qu’on se pose avant de voyager seule

Voyager seule. Découvrir le monde sois-même, sans faire de concession, de compromis. Juste en suivant ses envies. C’est quelque chose qui fait rêver beaucoup d’entre nous. Seulement voilà, c’est pas évident de sauter le pas. On se pose énormément de questions. Je m’en suis posée des dizaines avant d’oser partir seule et personne autour de moi n’avait de réponse à me donner, seulement plus d’inquiétudes. C’est pourquoi, j’ai décidé de répondre à ces questions en partageant mon expérience et celles des autres femmes que j’ai pu rencontrer lors de mes voyages. Dans cet article, je ne vais pas embellir les choses, je vais dire les choses telles que je les pense et les réponses aux questions reflètent mon avis personnel.

Je ne vous promets pas de répondre à toutes les questions que vous vous posez ou bien d’ôter toutes les inquiétudes que vous avez. Mais si j’apporte quelques réponses et si j’apaise vos inquiétudes, ça sera un pas de plus pour vous vers le voyage solitaire. Et si, certaines d’entre vous se décident à sauter le pas après la lecture de cet article, je lui offre un mojito, une bière ou toute autre boisson de son choix pour fêter ça !

1. Est-ce que je suis capable de voyager seule? Est-ce que je vais y arriver ?

Oui. OUI. Vous en êtes capable. Regardez vous dans un miroir et répétez avec conviction: « Je suis capable de voyager seule !».

Plus sérieusement, le premier conseil que je peux vous donner, c’est d’avoir confiance en vous. Voyager seule n’est pas plus compliqué que de voyager accompagné. L’organisation est la même : acheter un billet d’avion/train/bus, réserver un hôtel, etc. sauf que vous choisissez vous même selon vos envies.

Bien sûr, la première fois c’est effrayant de partir seule, de tout préparer. Pour mon premier voyage, j’ai mis plus d’une semaine pour me décider d’acheter mon billet d’avion ! J’avais posé mes congés auprès de mon employeur, choisi ma destination (le Québec) et pourtant j’avais tellement peur d’acheter mon billet d’avion… Et un jour, je me suis décidée, puis 10mins plus tard c’était fait ! J’ai encore mis plus d’une semaine pour réserver mon hébergement à Montréal. Et encore plus tard, j’ai fait mon itinéraire précis. Au total, j’ai dû prendre un mois pour organiser mon séjour tellement j’étais stressée.

Ce que je veux vous montrer dans cet exemple, c’est qu’il faut découper votre voyage par étapes. Puis, les faire l’une après l’autre. Cela vous semblera beaucoup moins insurmontable et plus facile. N’essayez pas de tout faire d’un coup et surtout soyez fière de vous à chaque étape franchie.

Si cela vous rassure de tout organiser, organisez tout ! C’est ce que j’ai fait la première fois. J’ai regardé les bus entre les villes, j’ai réservé les hôtels avant de partir, j’ai choisi tout ce que je voulais visiter, etc. C’est votre voyage, organisez-vous comme vous le souhaitez. Internet est une mine d’or pour trouver toutes les informations dont vous avez besoin.

Ce que je vous conseille aussi c’est de commencer petit et facile. J’ai choisi le Québec, car c’est un pays qui ressemble à l’Europe au niveau culturel et pour la langue. Même si le pays est éloigné, j’ai trouvé assez facilement des repères « français ». Mais rien ne vous empêche de choisir de partir 3-4j dans une capitale européenne pour commencer ! Je ne vais pas vous dire que le premier séjour va se dérouler parfaitement. La première fois que j’ai réservé une auberge de jeunesse, j’ai pris la moins chère. Résultat : dortoir mixte de 12 personnes. Sur le coup, j’ai pas rigolé du tout. Maintenant je rigole à chaque fois que j’y repense. On fait tous des erreurs et devinez quoi ? C’est pas grave !

Alors, croyez en vous et foncez !

Quand on voyage seule, on apprend à se servir du retardateur et à courir vite pour prendre ce genre de photo.

2. Est-ce que ça ne va pas me paraître trop long toute seule ? Est-ce que je vais m’ennuyer ? Est-ce que je ne vais pas rester seule dans mon coin ?

Je ne vais pas tourner autour du pot. Attendre le bus ou faire un trajet de plusieurs heures quand on est seule, que l’on soit chez soi ou l’autre bout du monde, c’est ennuyeux. C’est pas parce que vous êtes dans le pays que vous rêvez de visiter que ça va vous empêcher de vous ennuyer. Durant votre voyage, il y a des moments où vous allez vous ennuyer, c’est certain. Vous pouvez profiter de ces moments pour faire des activités solitaires comme la lecture, écouter de la musique, des podcasts, etc.

Pour ceux qui n’aiment pas la solitude, vous pouvez aussi profiter de ce moment pour rencontrer des gens et discuter avec des inconnus ! Mais comment faire si on est timide ? C’est la grande question ça. Personnellement, je suis timide. Et avant de voyager seule, j’étais très timide et entamer une conversation avec un(e) inconnu(e) me semblait insurmontable. Du coup, je n’engageais jamais la conversation, sauf lorsque c’était nécessaire : demander une information, acheter un billet de bus, etc. Mais, vous allez découvrir quelque chose : il y aura souvent quelqu’un qui viendra discuter avec vous. Surtout si vous êtes dans un lieu avec des voyageurs comme les auberges de jeunesse et que vous semblez ouverte à la discussion (souriez par exemple, ne soyez pas focalisée sur votre smartphone!). Les premières fois où ça m’est arrivée, je n’étais pas à l’aise du tout. C’était un mélange entre « chouette quelqu’un me parle ! » et « oh non quelqu’un me parle, je fais quoi ? ». L’unique chose qui m’a aidée dans cette situation, c’est le temps. Oui, les premières fois c’était pas facile pour moi. Mais ensuite, je me suis aperçue que c’était toujours les mêmes questions : tu viens d’où ?, tu t’appelles comment ?, Depuis combien de temps tu es dans ce pays/cette ville ? Combien de temps tu voyages ? Du coup, on s’y habitue rapidement. Au bout d’un moment, on commence même à s’en lasser. Puis, aussi incroyable que cela puisse paraître, aujourd’hui c’est moi qui entame les conversations ! Premièrement, car j’ai souvent envie de parler avec les gens qui sont dans le même dortoir. Deuxièmement, pour changer des questions habituelles et avoir d’autres sujets de conversations !

Durant votre voyage, vous allez rencontrer des gens, plus ou moins, selon que vous soyez timide ou non, mais vous allez toujours avec quelqu’un qui va entamer la conversation avec vous. Soyez ouverte et n’ayez pas peur à chaque fois que quelqu’un vient vous parler.

3. Est-ce que je ne vais pas avoir le cafard de temps en temps ? Qu’est-ce que je fais si j’ai un coup de blues ?

Si vous partez longtemps, plusieurs mois, oui vous allez avoir le cafard de temps en temps. Pour moi, c’est une fois par mois (Bonjour les symptômes pré-menstruels!). Et si vous êtes sur une île paradisiaque, dans une ville de dingue, le lieu de vos rêves et bien, en plus, vous allez culpabiliser. « Je suis en voyage, à l’autre bout du monde, je réalise mon rêve et je suis même pas heureuse. J’en profite même pas. » Attention, je vais vous annoncer une grande nouvelle : vous avez le droit d’avoir un coup de blues où que vous soyez dans le monde. Et c’est pas grave !! N’idéalisez pas le voyage comme un enchaînement de moments géniaux ou une vie de rêve entre les magnifiques paysages des rencontres mémorables et des repas locaux délicieux tous les jours. Bah non. Des jours, vous n’avez pas le moral, point. Et vous n’avez ni à culpabiliser ni à vous justifier. Vous n’êtes pas bien et c’est tout.

Par contre, vous pouvez faire quelque chose pour que ça aille mieux. Il n’y a pas de recette miracle, mais je vais vous proposer une méthode simple et qui marche pour moi : faites ce que vous aimez faire et ce dont vous avez envie. Manger dans un bon restaurant ? Boire un verre en terrasse? Lire un livre ? Passer la journée au lit ? Bronzer sur une plage ? Vous faire masser ? Appeler un(e) ami(e) ? Peu importe. Faites-le c’est tout. Prenez 1, 2, 3jours ou plus pour vous. Et si vous n’avez aucune idée, posez vous la question : chez vous, quand vous n’allez pas bien, vous faites quoi pour vous remonter le moral ?

Si vous voyagez longtemps, vous reconnaîtrez les premiers signes du coup de blues lorsqu’il arrive. Dans ce cas, vous pourrez anticiper et vous organisez en fonction. Pour ma part, je sais à peu près quand ça va arriver. Par conséquent, je reste au même endroit pendant les 2-3jour que ça dure. Je visite moins, traîne plus, dépense plus aussi en restaurant, café, bar. Cette « pause » dans le voyage me permet aussi de me reposer pour mieux repartir après !

Oui. Même dans ce paysage de rêve, vous avez le droit d’avoir un coup de blues 😉

4. Et si je me sens seule?

Tout d’abord, il faut savoir que c’est pas parce que vous êtes seule que vous vous sentez forcément seule. Vous pouvez parfaitement visiter une ville, un musée, randonner, boire un café en terrasse, etc. sans vous sentir seule. Personnellement, je me sens seule si je suis la seule à connaître personne dans un groupe ou dans un dortoir par exemple. S’il y a un couple, un groupe d’amis et que je suis la seule à voyager seule, c’est à ce moment que la solitude me pèse. Dans ce cas-là, soyez conscient d’une chose : en voyage, personne ne va vous juger parce que vous voyagez seule. Soit les gens s’en foutent, soit ils vous admirent. Du coup, vous avez le choix, soit vous vous en foutez aussi, soit vous changez d’endroit ! Et bien sûr, vous pouvez même aller discuter avec eux. Lorsque vous vous sentez seule, si cela vous pèse, le meilleur moyen est de discuter avec quelqu’un : un(e) inconnu(e) de l’auberge, un(e) ami(e) resté(e) en France (avec internet c’est si facile!) ou votre famille !

Prenez bien conscience d’une chose : voyager seule ne veut pas dire être seule tout le temps. Lors de mon voyage en Amérique du Sud durant 5mois, j’étais vraiment seule 2 mois seulement ! Autrement, je rencontrais des gens et je voyageais avec eux entre 3 jours et 1 mois ! Et le reste du temps, j’ai visité le pays seule, même si le soir, je rencontrais d’autres voyageurs. Pour être honnête, par moment, j’étais même contente d’être à nouveau seule.

Bien sûr, parfois vous aurez envie d’être seule et vous rencontrerez plein de gens. Et inversement, parfois vous vous sentirez seule et vous n’aurez personne avec qui parler. Mais rassurez-vous : 1) C’est normal et ça arrive à tout le monde, 2) ça ne dure pas éternellement.

5. Est-ce que je peux voyager si je ne parle pas ou très mal anglais? Est-ce que je vais réussir à apprendre l’anglais/ l’espagnol/ toute autre langue en voyage?

Si vous parlez anglais, c’est plus facile de voyager, c’est sûr. Mais seulement dans certains pays. Par exemple, en Amérique du Sud, mon anglais ne m’a pas été d’une grande aide… Il fallait mieux parler espagnol (évidement, j’avais choisi allemand LV2). Donc, je me suis retrouvée dans des pays où tout le monde parle presque uniquement espagnol alors que je ne connais pas un mot d’espagnol. Et pourtant, cela ne m’a pas empêché de rencontrer une colombienne qui ne parlait qu’espagnol. On a visité une ville pendant 3j ensemble. C’était pas facile de se comprendre (merci Google translate au passage) mais cela ne nous a pas empêché de devenir amies, d’avoir des fous rires et de garder contact par la suite. Justement, lorsqu’on ne peut pas échanger avec des mots, on découvre d’autres moyens de communiquer : les gestes, les regards, les dessins, etc. Et cela restera des moments mémorables je vous le garantis!

Ensuite, vous pouvez profiter du voyage pour apprendre une langue. C’est ainsi que je suis devenue bilingue anglais et que j’ai appris l’espagnol. Pour l’anglais, j’avais eu des cours lors de mes études, mais l’oral, c’était pas ça du tout… Voyager a été le meilleur moyen pour moi pour parler couramment et comprendre facilement l’anglais. Je vais vous donner mon secret pour apprendre rapidement : fuyez tous ceux qui parlent français. Ne parlez qu’anglais. Vous verrez que rapidement, vous allez vous améliorer.

Concernant l’espagnol, j’ai appris sur le tas. Je n’avais suivi absolument aucun cours d’espagnol de ma vie (vous vous souvenez, LV2 Allemand). J’ai téléchargé Duolingo et j’ai essayé de parler espagnol le plus possible. Il y a eu un moment, où mon niveau a commencé à stagner. Je baragouinais espagnol, mais je ne progressais plus trop. A ce moment, quelqu’un m’a donné des cours d’espagnol (2-3h). Cela m’a permis de comprendre plein de choses, notamment sur la conjugaison et de progresser à nouveau ! (Davy, si tu me lis : Merci!).

Donc oui, c’est possible d’apprendre des langues en voyage. C’est même le meilleur moment pour le faire ! Avec le recul, je trouve que c’est plus facile et rapide d’apprendre l’anglais en voyage. C’est souvent la langue la plus parlée par les voyageurs et souvent, c’est avec eux que vous parlerez le plus. Mais apprendre une autre langue est largement possible même si vous n’avez aucune base ! La preuve : j’y suis arrivée ! (Alors que mon allemand est nullissime même après l’avoir appris au collègue et lycée.)

6. Est ce que j‘ai plus risques de vols /agressions seule qu’accompagnée ?

On ne vit pas dans le monde des Bisounours, c’est vrai. Mais on ne vit pas le film American Nightmare non plus. On est entre les deux. N’importe où dans le monde, quel que soit le lieu : Paris, Berlin, Sydney, Lyon, New York, Buenos Aires, Tokyo, etc. une femme seule à plus de « chances » de se faire agresser que si elle est accompagnée. C’est dégueulasse, révoltant et injuste, mais c’est comme ça. Malheureusement, on n’y peut rien. Sauf que, c’est pas parce que ça peut arriver que ça va forcément arriver. Oui, il y a des chances que ça arrive, il faut en être consciente. Mais dans mon cas, la gastronomie locale a plus souvent agressé mon estomac qu’un mec dans la rue ne m’a agressé. (Conclusion : prenez toujours du Smecta en voyage.)

En voyage, les seules fois où je me suis fait voler quelque chose, c’était en auberge de jeunesse : une paire d’écouteurs et un gel douche. La seule fois où je me suis faite « agressée », c’était aussi dans une auberge de jeunesse. Un homme complètement soûl voulait absolument me parler.

Autrement, dans la rue, le pire c’était des sifflements ou des regards un peu trop lourds. Ce qui n’est pas très différent de ce qu’on peut avoir en France…

C’est très bien d’être consciente des risques lorsqu’on part seule. Soyez prudente en voyage, mais profitez aussi du voyage pour vous apercevoir que le monde est beaucoup moins dangereux qu’on le pense. Il n’est ni tout noir, ni tout blanc.

7. Est ce que je ferai les mêmes activités si je suis seule ?

Cela va dépendre des activités. Pour certaines activités, peu importe que vous soyez seule ou à plusieurs. Je pense notamment aux randonnées, aux visites des villes, des lieux touristiques. Vous pourrez toujours les faire seule sans vous poser de question. Les situations où voyager seule m’a posé problèmes sont rares. J’ai rencontré seulement deux cas.

Le premier cas a été lorsque je souhaitais louer un kayak. Les règles de sécurité imposent d’être au moins deux pour une sortie kayak. Du coup, j’ai rejoint un groupe pour pouvoir faire un tour en kayak.

La deuxième fois a été quand je voulais rejoindre un groupe pour une excursion dans la jungle. L’excursion ne se faisait qu’à partir de 2 personnes. Par conséquent, j’ai dû adapter mes dates aux disponibilités d’un autre groupe.

Ces deux situations sont les seules fois où voyager seule m’a compliqué la tâche. Pourtant, à chaque fois, il y avait une solution et j’ai pu faire mes activités. Sur le coup, je ne vous cache pas que j’étais embêter à l’idée de devoir rejoindre un groupe pour faire du kayak ou de changer mes dates pour partir dans la jungle. Mais après tout, aucun voyage ne se déroule comme on le prévoit. Avec le recul, je suis tout de même heureuse de l’avoir fait ainsi même si mes plans ont changé. Je l’aurais tellement regretté si j’avais abandonné.

Après, vous pouvez aussi vous demander « Est-ce que je vais oser faire les mêmes activités si je suis seule ? ». Bien sûr ! Si une activité vous tient à coeur, ne vous en privez pas ! Ne prenez pas le risque de le regretter plus tard. Peut-être que ça vous demandera un peu (beaucoup?) de courage d’oser le faire. Mais vous serez d’abord très heureuse d’avoir fait ce que vous vouliez faire. Et ensuite fière de l’avoir fait !

Lorsque vous voyagez seule, il n’y a pas de concession à faire, de négociations à avoir ou de compromis à trouver comme lorsque vous voyagez avec quelqu’un. Vous êtes libre de faire ce que vous voulez faire et quand vous décidez de le faire. Voyager seule ne vous empêche pas de faire une activité, mais ça va peut être changer comment vous allez la faire (et encore, rarement…). Le plus gros obstacle est dans votre tête : osez sauter le pas.

Alors, respirez un bon coup et foncez !

C’était hors de question que je loupe ça quand même!

8. J’adore partager mes expériences, est-ce que je ne vais pas être frustrée de ne pas pouvoir en parler ?

Dans mon cas, j’aime beaucoup voyager seule car cela me permet aussi de réfléchir beaucoup sur plein de choses. J’ai du temps pour moi et j’en profite pour me poser les questions auxquelles j’ai pas le temps de répondre autrement. C’est pratique quand on peut faire le point avec soi-même. Ca l’est moins quand on veut avoir des échanges un peu profonds (en tout cas plus que « wouha trop beau le coucher de soleil !! »).

Un moyen que j’ai pour extérioriser mes pensées lorsque je suis seule, c’est de les écrire. J’ai toujours mon carnet de voyage dans mon sac et j’écris ce qui me passe par la tête. C’est pas une discussion c’est vrai. Mais c’est un bon moyen pour compenser la solitude et vider sa tête.

Après, rien ne vous empêche de discuter avec quelqu’un à l’auberge de jeunesse, de partager votre expérience sur des réseaux sociaux, d’en parler avec des amis, etc. Encore une fois, ce n’est pas parce que vous voyagez seule, que vous serez seule tout le temps et que vous n’aurez personne avec qui parler. Cela va arriver par moment, c’est vrai, mais assez rapidement vous vous apercevrez que vous pouvez aussi choisir d’être seule toute la durée de votre voyage ou si vous voulez être avec d’autres personnes la majeure partie du temps.

9. Comment faire pour manger seule au restaurant le midi ? Comment gérer le regard des autres ?

Vous vous rappelez la dernière fois que vous êtes allée au restaurant ? Est-ce que vous avez observé tous les autres clients avant, pendant ou après le repas ? Et si vous avez remarqué que quelqu’un mangeait seul, qu’elle a été votre réaction ? « Oh le pauvre, il mange tout seul » ou « j’me souviens pas, je m’intéresse plus à mon assiette qu’aux autres clients ». La plupart des gens ne se préoccupe pas des autres clients dans un restaurant. Et même si c’était le cas, souvenez-vous : vous êtes en voyage, vous ne les reverrez plus jamais ! Personnellement, manger au restaurant seule en voyage ne me dérange absolument pas. Personne ne me connaît et je ne connais personne. Par conséquent, même si certaines personnes me regardent manger seule, eh bien je trouve ça triste qu’elles n’aient rien de mieux à faire !

Pour celles d’entre vous qui complexent à l’idée de manger seule, regarder dans les restaurants et vous verrez qu’il y a souvent des gens qui mangent seuls. C’est effrayant au début, c’est vrai. Mais après rien ne vous empêche de choisir une table dans un coin, un peu isolée si cela peut vous détendre.

Manger dans un restaurant dans un lieu inconnu, quand on ne connaît personne, c’est plus facile que ça en a l’air. Pour être honnête, manger au restaurant ne me pose pas de problème en voyage. Par contre, je ne le ferai jamais chez moi, où je risque de rencontrer des personnes que je connais ! Faites bien la différence entre les deux situations.

pasteis da nata
Seule au café? Pas de problème, ça fera plus de pâtisserie pour moi.

10. Et si l’aventure solo ne me plaît pas ?

C’est pas grave ! Vous avez tenté de voyager seule et c’est super ! C’est une belle expérience et l’unique moyen de savoir si cela vous plaît ou pas, c’est d’essayer.

Cependant, si vous vous apercevez durant votre voyage que voyager seule ne vous convient pas, il ne faut pas que cela gâche votre voyage. Si la solitude vous pèse de trop au point de regretter d’être partie seule, le plus simple est de rencontrer d’autres voyageurs et de continuer votre voyage avec eux. Pour cela, plusieurs moyens existent.

– Allez dans des auberges de jeunesse, rencontrer et discuter avec d’autres voyageurs.

– Rejoignez des groupes de voyageurs sur Facebook. L’avantage des réseaux sociaux est de qu’ils facilitent les échanges, mais aussi les rencontres. Vous pouvez poster une annonce sur un groupe pour rencontrer d’autres voyageurs et faire un bout de voyage avec eux.

– Essayez le workaway et le couchsurfing. Selon vos envies et le temps que vous avez, vous pouvez faire du workaway ou du couchsurfing. Cela vous permet de rencontrer des locaux et de vous poser à un endroit. Vous resterez quelques jours avec les mêmes personnes et vous ne vous sentirez pas seule.

Et si, la situation devient insupportable, vous pouvez rentrer à la maison. Il n’y a aucune honte à faire ça. A mon avis, c’est même très courageux de reconnaître que la situation vous rend plus malheureuse qu’heureuse et qu’il est temps de rentrer chez vous. Lorsque vous êtes en voyage, c’est le moment idéal pour apprendre sur soi. Ecoutez-vous et écoutez vos envies. N’oubliez pas que le voyage doit rester un plaisir et non une contrainte. Si voyager seule ne vous convient pas, c’est pas grave. Il existe plein d’autres types de voyage : en couple, entre amis, en famille, en groupe, etc. vous avez juste à trouver celui ou ceux qui vous correspond(ent) le mieux !

J’espère que mes réponses vous ont aidées et que j’ai répondu à quelques-unes de vos questions. Si ce n’est pas le cas, ou si vous en avez d’autres, sachez qu’un deuxième article est en cours de rédaction. N’hésitez pas non plus à me poser vos questions dans les commentaires ou par mail. Je vous répondrai avec plaisir du mieux que je pourrais. Et pour celle qui ont besoin d’un texte inspirant et motivant, n’hésitez pas à lire cet article aussi.

Fondatrice de L'Aller Simple, je me suis découverte une passion pour les voyages l'un d'un semestre Erasmus. Depuis, toutes les occasions sont bonnes pour découvrir le monde!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge