ile de paques
Carnets de voyages

Tour du monde: L’île de Pâques

L’île de Pâques, qui n’a jamais rêvé de voir ces mystérieuses statues et percer leurs secrets ? La majeure partie des visiteurs restent 2 ou 3jours sur l’île. Pourtant, je vous conseille d’y rester au moins une semaine si vous avez le temps. Cette île recèle de beauté et de mystères. Profitez-en pour découvrir ce petit bout de terre, complètement différent du reste du Chili ! Mon séjour sur cette île m’a marqué et restera de mes plus beaux souvenirs de mon voyage en Amérique du Sud.

L’accès à l’île

Pour accéder à l’île, il n’y a qu’un seul moyen : l’avion. Si vous venez du Chili, des correspondances sont réalisées tous les jours et plusieurs fois par jour depuis Santiago. Vous pouvez arriver depuis Tahiti. Les vols ne sont pas quotidiens, mais il y en a plusieurs par semaine.

Depuis peu de temps, la durée du séjour sur l’île est d’un mois maximum. Pour cela, lors de l’embarquement, vous devez justifier votre date de départ de l’île avec un billet retour. De plus, la preuve d’une réservation d’un hôtel est obligatoire. Si vous êtes logés chez un habitant de l’île, assurez-vous qu’il vous fournisse une lettre d’invitation. La réservation de l’hôtel ou la lettre d’invitation vous sera demandé lors du contrôle d’identité au poste douanier.

L’histoire du pays

L’île était peuplée par les Polynésiens jusqu’en 1722 lorsque le Hollandais Jakob Roggeveen découvrit l’île le dimanche de Pâques. Très inspiré, il décida de la nommer l’île de Pâques. Malheureusement, comme bien souvent dans l’histoire, quand un européen découvre une population qu’il considère comme primitive, il l’exploite. La population locale (les Rapa Nui) sont presque décimés à cause des maladies rapportées par les continentaux, ils seront ensuite réduits en esclavages par les différents conquérants de l’île. Finalement, c’est le Chili qui annexe l’île. Elle est alors divisée en deux parties : Hanga Roa (6 % du territoire) pour les Rapa Nui et le reste pour l’élevage de moutons Cela va durer jusqu’en 1953. Ensuite, la marine va diriger l’île jusqu’en 1966 et après 1966, les Rapa Nui peuvent enfin vivre où ils le souhaitent sur l’île et obtiennent même la nationalité chilienne. A partir de 1967, un vol commercial relie Santiago à Rapa nui et cela permettra l’essor du tourisme sur l’île. Aujourd’hui les Rapa Nui ont les mêmes droits que les chiliens. Cependant, si vous êtes sur l’île et parlez avec un Rapa Nui, vous vous apercevrez rapidement qu’il existe une nette différence entre Rapa Nui et le Chili. Les habitants sont fiers d’être Rapa Nui et font clairement la différence avec les Chiliens.

Après 2 semaines à côtoyer et vivre avec les Rapa Nui, je peux vous assurer que cette île est un autre pays comparé au Chili. La mentalité, la culture, la langue, le rythme de vie, tout est différent du continent.

La culture Rapa Nui

La langue

Comme je vous l’ai dit juste au-dessous, la culture Rapa Nui est très différente comparée au reste du Chili. Cela commence par la langue, le Rapa Nui. Il s’agit de la langue historique de l’île, jusqu’à ce que le Chili impose l’espagnol. Ce dialecte est proche des langues polynésiennes. En effet, elles ont les mêmes racines et les premiers arrivés sur l’ile sont les polynésiens. Aujourd’hui, le Rapa Nui est enseigné à l’école en même temps que l’espagnol. Le 9 novembre, la langue Rapa Nui est célébré à Hanga Rao. Pour cette occasion, des stands proposent des plats traditionnels (ceviche, gâteaux, bananes grillées, pomme de terre douce, etc.) et chaque classe des écoles de l’île organise un spectacle de chants et/ou de danse traditionnelle. A cette occasion, on peut voir des spectacles relatant des légendes rapa nui. Lors de ma visite de l’île, la légende racontait l’histoire des hommes-oiseaux et leur capacité incroyable à pouvoir nager plusieurs jours en mer en s’orientant grâce aux étoiles.

Les habitants

Les Rapa Nui sont extrêmement chaleureux. Ils sont toujours prêts à vous aider spontanément que ça soit pour vous indiquer un chemin, vous recommander un lieu, un magasin, vous renseigner, etc. Un exemple, je souhaitais observer les étoiles sur l’île. Un soir lorsque le ciel était dégagé, j’annonce à mon hôte que je vais aller voir les étoiles. En entendant ça, un ami propose immédiatement de me conduire avec les autres volontaires au meilleur endroit. Même pas 5min après, nous étions dans sa voiture. Un autre exemple, lorsque Maria a su que nous souhaitions manger le plat traditionnel (le curanto) mais qu’il était au-dessous de nos moyens au restaurant (40 000CL$/pers) elle nous a tout de suite proposer de le cuisiner pour nous. La seule condition était que nous devions acheter la viande. Au final, cela nous a coûté 8 000CL$/pers et nous avons pu voir comment il était préparé ! (voir plus bas).

Durant mon séjour sur l’île, je me suis uniquement déplacée en auto-stop. Grâce à la gentillesse des habitants, c’est très facile. Ils s’arrêtent presque à chaque fois (~90 % des voitures s’arrêtent) et discutent toujours avec vous en voitures. Ils s’intéressent à vous, mais sont surtout très fier d’être Rapa Nui. Posez leurs des questions sur leur culture, mode de vie, leur histoire ou quoique ça soit sur eux et ils seront très heureux de vous raconter tout ce qu’ils savent.

Les Rapa Nui ont une vie très calme et sans stress. Sur l’île, il faut prendre son temps et du bon temps. Si le bon temps peut se faire entre amis c’est encore mieux. Chez mon hôte, il y avait constamment des amis ou de la famille qui étaient de passage. Parfois, juste pour dire bonjour, boire un café ou d’autres fois ils restaient pour diner. Toutes les excuses sont bonnes pour passer du temps ensemble : inauguration d’un barbecue, préparation d’un plat traditionnel (le curanto), partage de la pêche du jour, etc.

Le plat traditionnel : le curanto

Le curanto est le plat traditionnel que vous trouverez dans toute la Polynésie, Île de Pâques incluse. Ce plat est très simple : ribs de porc, cuisses de poulet, pommes de terre et patates douces. Toute l’originalité vient de la cuisson de ces aliments. Elle se déroule en plusieurs étapes.

  • D’abord il faut creuser un trou dans le sol. Ensuite, faites un grand feu dedans avec beaucoup de bois et une vingtaine de pierres sur le feu.
  • Lorsque le feu est bien chaud avec de belles braises rougeoyantes, retirer les bûches non consumées et mettez les pierres de côté.
  • Recouvrez les braises avec beaucoup de feuilles de bananier. Posez la viande crue directement sur les feuilles. Recouvrez la viande de feuilles de bananier, posez les pommes de terre. Recouvrez à nouveau de feuilles de bananier et posez les pierres brûlantes par-dessous. Une dernière fois ajouter des feuilles de bananier pour bien tout recouvrir.
  • Posez une bâche par-dessous le tour et recouvrer la bâche de terre. Le but est de rendre le tout hermétique, il ne faut pas que de la fumée en sorte.
  • Laissez cuire le tout pendant 2h.
  • Retirez la terre, la bâche, les feuilles et récupérez les pommes de terre et la viande.
  • Dégustez !

Comme vous le voyez, la recette est très simple. Et pourtant, c’est un vrai délice. La viande est cuite dans sa graisse et reste très tendre. Les pommes de terre sont cuites à la vapeur avec la graisse de la viande.

ile de paques - curanto

La géographie

L’île de Pâques possède une ville Hanga Rao. C’est ici que vous trouverez tous les commerces, les agences de locations, les agences touristiques, la majorité des hôtels, restaurants, etc. bref tout est à Hanga Rao.

La quasi -totalité des lieux à visiter se trouvent dans le parc national de Rapa Nui. Pour pouvoir y rentrer vous devez acheter un billet soit à l’aéroport soit au centre-ville. Ce billet coûte 54 000CL$ (~70€ en novembre 2018) et est valable 10jours. Avec ce billet vous pouvez visiter autant de fois que vous le souhaitez tout le parc excepté 2 endroits : le village cérémonial d’Orongo et la fabrique des Moais au volcan Rano Raraku, que vous ne pouvez visiter qu’une fois.

L’île est assez petite, mais il faut tout de même un moyen de transport pour la visiter. Plusieurs choix s’offrent à vous : louer une voiture, un scooter, un quad ou un vélo (Les transports en commun n’existent). Malheureusement, comme tout le reste sur l’île, la location est très chère, sauf si vous êtes à plusieurs. J’ai opté pour la solution gratuite : l’auto stop. Avant de venir ici, je n’avais jamais essayé. Ici, avec un ami rencontré sur l’île lors de mon volontariat (vous pouvez voir ses aventures ici elles sont juste dingues !), on a fait que du stop pour se déplacer. Et c’était super simple. On attendait rarement plus de 20 min avant que quelqu’un s’arrête. La plupart du temps, c’était des locaux. Et même lorsqu’on marchait le long de la route sans faire du stop des gens s’arrêtaient pour nous proposer de nous déposer plus loin ! Bref, si vous cherchez une solution économique et qui permet de rencontrer des locaux ; choisissez l’auto stop !

Les lieux incontournables

L’île de Pâques est célèbre pour ses statues (appelés Moais). Vous pouvez en voir un peu partout sur l’île couchées, debout, entières ou non. Cependant, il y a certains endroits où les Moais sont beaucoup plus impressionnants et beaux.

  • Ahu Tongariki: C’est sans hésiter le lieux que j’ai préféré. C’est ici que vous verrez les célèbres 15 Moais. Admirer tous ces Moais alignés est vraiment impressionnant. Pour la petite histoire, tous ces Moais étaient au départ, comme tous les Moais de l’île, renversés. Une compagnie japonaise est venue sur l’île pour aider les habitants à les redresser mais surtout pour promouvoir la grue qui permettait de soulever les Moais. Chaque Moais pèse ici 60 tonnes, et le Japon voulait prouver l’efficacité de sa nouvelle grue en soulevant tous les Moais un par un.

ile de paques

  • Ahu Akivi : Encore aujourd’hui, on ne sait pas comment l’orientation des Moais a été choisi. La plupart des Moais sont tournés vers les terres, un village, mais les Maois d’Ahu Akivi sont tournés vers le coucher de soleil. C’est les seuls Moais qui sont tournés vers la mer. Pourquoi eux ? Personne ne connaît la réponse. En tout cas, ils restent très beaux et majestueux.
  • Anakena : Ici, vous avez un magnifique mélange entre l’île paradisiaque et l’histoire. Les Moais d’Anakena se trouvent juste devant une plage de sable blanc et d’eau turquoise. Vous pouvez donc profiter de la plage et observer les Moais depuis votre serviette de plage. Durant le week end, les habitants de l’ile viennent sur cette plage pour se relaxer et elle est assez vite bondée.

moais anakena

  • La plage d’Ovahe : si vous préférez les petites plages désertiques, je vous conseille la plage d’Ovahe. Cette plage plutôt intime n’a pas de Moais, mais est plus tranquille qu’Anakena. Presque personne n’y va, mais elle est tout aussi belle avec son sable blanc et son eau turquoise.
  • Ahu Vai Uri : Ces 4 Moais sont juste à côté du cimetière d’Hango Roa. Ils sont accessibles à pied depuis le centre-ville (compter 10min de marche). Leur particularité est qu’ils sont juste devant le coucher de soleil. Le soir les touristes se regroupent ici pour admirer le coucher de soleil avec des Moais. Personnellement, j’ai beaucoup aimé, j’y suis allée plusieurs soirs pour espérer avec le plus beau coucher de soleil à chaque fois.

ile de paque sunset

  • Ana Kakena ou la caverne aux deux fenêtres : Ami aventurier, cette caverne est pour toi ! L’entrée est à peine indiquée, très étroite (50cm de large) mais il faut y entrer absolument ! Une fois à l’intérieur, l’espace est plus grand et on peut se tenir debout. Une lampe de poche, frontale ou à minima un téléphone est nécessaire pour éclairer l’intérieur de la caverne. Au bout de la caverne, il y a deux ouvertures (les fameuses fenêtres) qui donnent sur les falaises et la mer. La vue est à couper le souffle. Il faut être prudent tout de même, car il n’y a aucune sécurité, aucune corde ou barrière et le sol peut être glissant par endroit.
  • Ana Te Pahu : Si la première caverne ne t’as pas suffit, en voici une deuxième. Elle est aussi appelée la caverne des bananiers, car devant son entrée il y a plein de bananiers. Il est possible de s’y aventurer, mais il faut une lampe de poche ou une frontale. Il est possible de sortir à l’autre bout de la caverne, alors n’hésite pas à la visiter !
  • Rano Raraku : Ici, il y a deux choses à voir : la fabrique des Moais et leile de paque fabrique volcan (Rano Raraku). C’est l’un des lieux que l’on ne peut visiter qu’une fois alors il faut en profiter ! A la fabrique des Moais vous pourrez voir des Moais de toutes les tailles, terminées ou en cours de sculpture, couchées ou debout. Il y a même un Moais, (unique sur l’ile et dans le monde) qui est à genou. Comme bien souvent, personne ne sait pourquoi il a une posture différente des autres et certains le surnomme « le Moais Bouddha » à cause de sa posture. Le volcan n’était pas parmi mes lieux préférés sur l’île, mais il est tout de même à voir si déjà vous êtes à la fabrique.
  • Rano Kau : Il s’agit du deuxième volcan de l’île et c’est mon préféré. Vous pouvez vous y rendre à pied, un chemin de randonnée s’y rend depuis l’aéroport. Le cratère est immense et il est possible d’en faire presque le tour à pied. C’est aussi ici que se trouve le village cérémonial d’Orongo ; le deuxième lieu qu’on ne peut visiter qu’une fois.
  • Terevaka : Le troisième et dernier volcan de l’île. Il s’agit du point le plus haut de l’île : 507m d’altitude. Pour vous y rendre, vous devez d’abord aller à Ahu Akivi avant 15h. De là, il n’y a plus qu’à suivre les panneaux et marcher ! Pensez à prendre une veste, car le sommet est très exposé au vent. De là haut, vous aurez une vue à 360° sur Rapa Nui.
  • Observer les étoiles : Le meilleur endroit pour observer les étoiles c’est Anakena. Là-bas, il n’y aura aucune pollution lumineuse d’Hanga Roa. Cependant, Orongo est aussi un belle endroit pour voir les étoiles et en plus vous aurez une vue sur la ville. Vous n’avez pas besoin de passer par un tour pour faire cela. Il suffit d’avoir une voiture ou de vous rendre à pied à Orongo.
  • Plongée avec les Moais : autour de l’île il y a un Moais dans l’eau. NE vous faites pas avoir, ce n’est pas un vrai Moais. Il s’agit d’une réplique utilisée pour un film qui a été coulée exprès après le tournage. Malgré les promesses des vendeurs, ce Moais n’a rien d’authentique et tous les locaux le savent. Cependant la plongée reste très belle grâce à la clarté de l’eau qui offre de beaux reflets bleutés.

Comme je vous le disais au début de l’article, l’île de Pâques est un de mes plus beaux coups de coeur sur le continent sud américain. J’y ai passé 2 semaines merveilleuses qui resteront à jamais gravées dans ma mémoire, grâce aussi au volontariat que j’ai pu y faire.

Merci encore à mon hôte Maria et les volontaires Jun et Lilith grâce à qui j’ai passé de merveilleux moments sur cette île.

Et vous, cette île est sur votre liste des prochains lieux à visiter ? Ou l’avez déjà fait ? Qu’en avez-vous pensé ?

Fondatrice de L'Aller Simple, je me suis découverte une passion pour les voyages l'un d'un semestre Erasmus. Depuis, toutes les occasions sont bonnes pour découvrir le monde!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge