Carnets de voyages

Tour du monde: La Guyane

La Guyane est bien trop souvent oubliée et délaissée par les voyageurs. Pourtant, ce département méconnu regorge de merveilles à découvrir. De part son histoire tout d’abord, mais aussi pour sa nature très riche, il y a tant de choses à voir et apprendre !

Etape 1 : Saint Georges de l’Oyapock

Je suis arrivée en Guyane par le Brésil, il est donc logique que mon premier arrêt soit à la frontière. Saint Georges de l’Oyapock est un village très calme. On sent encore l’influence de la culture brésilienne sur les habitants. Le marché est d’ailleurs tenu par une majorité de brésiliens qui vendront des produits brésiliens. Si vous êtes de passage en Guyane et que vous souhaitez faire un petit tour au Brésil, sachez que vous pouvez traverser le fleuve très facilement et en quelques minutes pour vous rendre juste la journée au Brésil si vous le souhaitez. Autrement, c’est aussi un bon endroit si vous êtes à la recherche de calme et de tranquillité.

Etape 2 : Cayenne et ses environs

Cayenne est la plus grande ville de Guyane. C’est aussi la capitale de ce département. Mais la première chose à voir à Cayenne, c’est son centre-ville. Malgré sa petite taille, il est très riche en vieux bâtiments et très beau. On peut y voir des maisons typiques et colorées ou bien de sublimes bâtiments historiques comme le rectorat ou l’église saint sauveur ou encore de belles places comme la place des Palmistes ou la place Léopol Hédert. Si vous souhaitez avoir une belle vue sur tout ce centre-ville, montez au Fort Cépérou. De là, vous pourrez profiter d’une vue panoramique sur Cayenne. Et pour ceux qui veulent admirer le coucher de soleil à Cayenne, un excellent endroit est la pointe des amandiers.

Les alentours de Cayenne sont tout aussi intéressants et variés que la ville en elle-même. Le sentier du Rorota permet de faire une petite balade en forêt. C’est une boucle très facile qui se fait en 2h et où il est possible de voir des paresseux parfois. Cependant, attention s’il y a plu les jours avants, le chemin peut devenir très boueux.

Juste à côté du sentier du Rorota, il y a la route des plages. Comme son nom l’indique, cette route longe les plages et y donne accès. A marée haute, vous pourrez même en profiter pour vous baigner. La plus connue et prisée est la plage des salines. Elle n’est pas exactement sur la route des plages mais c’est la plus belle. C’est aussi ici que vous pourrez observer la ponte des tortues et l’éclosion des œufs si c’est la saison.

Plus loin de Cayenne, il y a une île où l’on peut très facilement voir des petits singes nommés Saïmiris. L’accès à l’Ilet la Mère se fait depuis la marina du dégrad de canne, à l’est de la ville. Les bateaux sont peu nombreux et petits, donc je vous conseille de réserver quelques jours à l’avance la traverser. Le trajet en bateau dure environ 1h pour aller ou revenir de l’île. Une fois arrivé, les petits singes vous accueilleront partout sur l’île. Un sentier qui fait le tour de l’île permet de les voir un peu partout, mais un lieu de rendez-vous c’est la plage. Il y en a plein lorsque vous irez sur la plage. Cependant, ne vous y trompez pas : les singes ne s’intéresse qu’à votre nourriture dans votre sac. Faites attention si vous avez apporté de quoi manger, ils sont capables de vous le voler de vos mains ou de fouiller dans votre sac. Mais autrement ils sont totalement inoffensifs.

Encore un peu plus loin de Cayenne, vous trouverez le bagne des annamites. Sa visite est entièrement gratuite et facile d’accès même s’il faut marcher un peu. Ce bagne a été construit dans la jungle et ses ruines sont aujourd’hui envahies par la flore locale. On y trouve beaucoup de panneaux explicatifs qui racontent son histoire et décrivent la vie des bagnards. Vous pouvez y voir notamment les cellules, sanitaires ou encore les rails pour l’acheminement des wagons.

Etape 3 : Cacao

Tous les dimanches matins a lieu le marché dans le village de Cacao. Mais ce qui rend le marché de Cacao si célèbre, c’est qu’il s’agit principalement d’un marché asiatique. La communauté des Hmongs est très présente à Cacao, c’est pourquoi le marché est majoritairement composé de spécialités asiatiques. Et s’il y a bien une chose à faire, c’est d’y déjeuner ! Je vous conseille de prendre une soupe en plat principal et un Nam Van au dessert. Cette boisson sucrée multicolore peut rebuter quelques-uns par son aspect et pourtant c’est un véritable délice !

Etape 4 : les marais de Kaw

Les marais de Kaw sont indéniablement un des lieux les plus touristiques et un incontournable de la Guyane. Pour les visiter, le guide est obligatoire. En effet, la visite se fait en bateau et est donc obligatoirement accompagnée. Par conséquent, je vous conseille de réserver plusieurs jours en avance l’activité que vous préférez. Vous pouvez passer une demi-journée, une journée ou même une nuit dans les marais. Tout dépend de vos envies, des animaux que vous souhaitez voir et bien sûr de votre budget. Si vous le souhaitez, vous pouvez aussi visiter le village de Kaw. Il est très petit, mais est resté authentique.

Dans le marais, vous pourrez voir différentes espèces d’animaux (Zébu, tortues, poissons, oiseaux, etc.) mais aussi une flore très riche. Personnellement, c’est un des plus beaux lieux que j’ai visité en Guyane et je vous recommande vraiment d’y aller.

Etape 5 :Kourou

Kourou est probablement la ville la plus célèbre de Guyane et ce pour une raison : son centre spatial. C’est d’ici que sont envoyées les satellites avec les lanceurs Ariane, Vega ou Soyuz. Si vous souhaitez assister à un lancement de satellite ou visiter le centre spatial, j’ai dédié un article complet à ce sujet.

La deuxième raison pour laquelle Kourou est célèbre est son accès aux Iles du Salut. Si vous souhaitez vous y rendre, le bateau part de Kourou. Là aussi, je vous conseille de réserver en avance pour être sûr d’avoir de la place dans le bateau.

Les Iles du Salut sont tristement célèbres à cause du bagne sur ces îles. Elles ont accueilli un célèbre prisonnier, Dreyfus, et le livre Papillon a aussi participé à sa célébrité. Aujourd’hui le bagne est évidemment fermé, mais on peut toujours visiter les ruines. Vous pouvez notamment voir l’hôpital, le phare, les maisons des gardiens et les cellules de loin.

La ville de Kourou n’offre pas beaucoup de sites touristiques intéressants en elle-même. Cependant, si vous loger là-bas, la plage de la cocoteraie et la plage des roches sont des endroits sympas pour s’y balader. Vous pouvez aussi aller voir la tour Dreyfus qui se trouve à l’embouchure du fleure Kourou.

Etape 6 :Iracoubo

Iracoubo est un petit village entre Kourou et Saint Laurent du Maroni où il y a une chose à ne pas manquer : son église. Elle est aussi petite, mais sa particularité est qu’elle a été entièrement peinte par un bagnard. Si vous passez dans ce village ne manquer surtout pas de vous y arrêter quelques minutes. De plus, si vous vous y rendez le dimanche, n’hésitez pas à faire un tour au petit marché et goûter aux spécialités asiatiques. Petit conseil : les « boules coco » sont délicieuses !

Etape 7 :Awala-Yalimapo

Ces deux villages sont les lieux parfaits pour observer les tortues sur les plages. Vous pouvez y voir la ponte et l’éclosion, selon la saison. Tout se fait pendant la nuit. Vous devez donc arriver entre 19h et 22h pour espérer voir des tortues. Vous aurez besoin d’antimoustique (beaucoup d’antimoustique) et d’une lampe rouge. J’insiste sur la lampe rouge, car une lumière normale (type lampe de poche ou portable) effraie et déstabilise les tortues. Les autres règles pour pouvoir les observer sont les mêmes que pour les autres animaux sauvages : ne pas faire de bruit, ne pas s’approcher trop près, ne pas les toucher, ne pas les nourrir, etc.

Etape 8 :Saint Laurent du Maroni

Saint Laurent du Maroni est la deuxième plus grande ville de Guyane. Son centr- ville n’est pas très grand, mais reste très joli et agréable pour s’y promener. Les mercredis et samedis, il y a un marché où vous pouvez acheter les fruits et légumes de saison ou bien manger asiatique.

Le camp de la transportation est LE monument à voir à Saint Laurent. Il fait malheureusement parti de l’histoire des bagnes du département. Sa visite est très intéressante et l’office du tourisme organise des visites guidées plusieurs fois par jour (6€/pers.). La visite dure 1h et vous y apprendrez les différents types de prisonniers et leurs conditions de vie très difficiles dans le bagne.

La deuxième activité à Saint Laurent est le fleuve Maroni. Ce fleuve est la frontière naturelle entre la Guyane et le Suriname mais c’est aussi la deuxième activité de la ville. Plusieurs agences proposent des tours sur le fleuve de la demi-journée à 2 à 3 jours. Vous pouvez visiter les environs de Saint Laurent : l’île du Lépreux, les îles portals, des villages amérindiens, etc. ou bien encore remonter le Maroni jusqu’aux villages en amont du fleuve. Tout dépend du temps dont vous disposez !

Transport

Les transports en commun en dehors des grandes villes sont inexistants. Cela signifie que pour vous déplacer vous avez deux solutions : louer une voiture ou faire du stop. Si votre budget est aussi serré que le mien, sachez que le stop est très répandu en Guyane. Dans mon cas, je me suis déplacée uniquement en stop pour rejoindre toutes les villes. Cela prend plus de temps c’est sûr, mais vous ferez aussi beaucoup plus de rencontre ! 😉

Vocabulaire

Bien sûr que tous les guyanais parlent français, cependant il y a quelques mots qui sont différents que ceux utilisés en métropole. Si vous voyagez en Guyane, vous allez beaucoup entendre les prochains mots et j’ai pensé qu’il était utile de les expliquer.

  • Un carbet : Il s’agit d’un habitat sans mur servant d’abri le long des cours d’eau ou une construction d’accueil et d’hébergement touristique avec ou sans mur. Pour s’y loger, vous devez apporter avec vous vos hamacs et moustiquaires.

  • Une crique : Il s’agit d’un cours d’eau.

  • Un dégrad : Il s’agit du lieu de débarquement des bateaux

  • Un saut : Il s’agit de rapide, d’une section de cours d’eau où l’écoulement est accéléré

Hébergement

Se loger en Guyane coûte très cher. Pour un hôtel d’entrée de gamme, la nuit coûte environ 50€. Si cela n’est pas dans votre budget, il vous reste une solution : les carbets. Vous aurez besoin d’apporter votre hamac avec vous et pour 10€ à 15€ la nuit, vous pourrez accrocher votre hamac dans un carbet. Toutes les commodités ne sont pas toujours fournies et le carbet est souvent rustique. Vous aurez toujours un abri et des salles de bain. En revanche, la connexion internet ou la cuisine ne sont pas toujours incluses. Durant mon voyage, j’ai opté pour cette solution à chaque fois, car les prix des hôtels étaient vraiment trop exorbitants.

Quoi manger ?

Vous pourrez bien sûr trouver assez facilement les plats de métropole. Cependant, je vous recommande vivement de goûter aux soupes asiatiques dans les différents marchés. Elles sont vraiment excellentes et parfaites pour les petits budgets. Si vous souhaitez manger un plat plus consistant, mais sans trop dépenser non plus, il y a les plats surinamiens : le Bami et le Nassi. Ces plats sont composés soit de pâtes (Bami) ou de riz (Nassi) accompagnés de morceaux de poulet. C’est idéal si vous êtes affamés !

Évidemment, il y a toutes les spécialités créoles que je vous conseille de goûter : le boudin créole, le colombo, le poulet et/ou poisson boucané et tous les fruits et légumes exotiques !

Budget

Il est vrai que la Guyane coûte chère lorsqu’on souhaite la visiter. Même si on peut trouver des astuces pour manger et se loger à petits prix, les activités font vite grimper les dépenses. Cela peut parfois être frustrant de devoir renoncer à certaines activités à cause de leurs prix. C’est ce qui s’est passé dans mon cas à plusieurs reprises. Mais cela ne m’a pas empêcher de profiter du voyage et de ce département pour autant !

  • Budget objectif : 50€/jour/pers

  • Budget réel : 18€/jour/pers.

Et voilà pour la Guyane. Ce petit bout de France m’a vraiment surprise par sa variété et son panel d’activité qu’il propose. Son histoire est simplement fascinante et sa culture très riche. Personnellement, je me suis prise une claque par son mélange culturel et son histoire (sombre) que j’ignorais totalement.

J’espère que cet article vous a plu et surtout qu’il vous a donné envie de visiter la Guyane. Si c’est le cas, n’hésitez pas à me dire ce que vous pensez de ce département méconnu en commentaire !

Et si vous aimez les challenges, je vous propose ma bucket list pour la Guyane !

Fondatrice de L'Aller Simple, je me suis découverte une passion pour les voyages l'un d'un semestre Erasmus. Depuis, toutes les occasions sont bonnes pour découvrir le monde!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge